La fièvre catarrhale ovine

 
La fièvre catarrhale ovine

Cette rubrique est dédiée à l’information des éleveurs, des vétérinaires, des opérateurs commerciaux, des abattoirs et du public sur la fièvre catarrhale ovine dans la Vienne. Elle est régulièrement actualisée en fonction de l’évolution des données épidémiologiques et des dispositions réglementaires.

La situation dans la Vienne

3 foyers ont été déclarés à ce jour

Les mesures de surveillance

Des mesures ont été prises afin de prévenir tout risque éventuel de propagation de la maladie notamment par la mise en place d’une zone réglementée d’au moins 150 km de rayon définie autour des foyers, dans laquelle, en conformité avec la réglementation européenne, des mesures de gestion sont appliquées : restriction des mouvements d’animaux, surveillance active, etc.

Le département de la Vienne est situé intégralement en zone réglementée.

Qu'est ce que la fièvre catarrhale ovine - FCO ?

La fièvre catarrhale ovine est une maladie virale des ruminants (bovins, ovins, caprins) transmise par un moucheron (insecte vecteur). La FCO entraîne chez les ruminants les symptômes suivants : fièvre, troubles respiratoires, salivations, oedème de la face, etc.

L’homme n’est pas sensible à cette maladie qui n’affecte pas la qualité des denrées (viandes, lait). Elle ne représente donc pas un danger, ni pour les citoyens, ni pour les consommateurs.

Conséquences sur les mouvements d'animaux, au plan national

Les ruminants domestiques peuvent circuler librement au sein d’une zone de même statut.

Les déplacements d’animaux des espèces sensibles de la zone règlementée sont autorisés à destination directe d’un abattoir, même situé en zone indemne, sous réserve de la désinsectisation des véhicules de transport et de l’abattage des animaux dans les 24h qui suivent leur sortie de l’exploitation. Pour les agneaux de boucherie, il est possible de déroger au délai d’abattage de 24 heures sous conditions (voir précisions dans l’instruction relative aux mouvements).

Les autres déplacements d’animaux des espèces sensibles de la zone réglementée (ZR) vers la zone indemne (ZI) sont interdits, sauf dérogations prévues par instruction du ministre de l’agriculture.

Ainsi, les animaux peuvent aller de zone réglementée (ZR) vers zone indemne (ZI) sous certaines conditions, et dans tous les cas, sous réserve de la  désinsectisation obligatoire des moyens de transport :

  • avant le mouvement, dans l'élevage d'origine en ZR: désinsectisation des animaux minimum 14 jours et PCR négative réalisée 14 jours après le début de traitement
  • ET après le mouvement,
    • information de la direction départementale de la protection des populations du département de destination
    • dans l'élevage de destination en ZI:  désinsectisation immédiate des animaux, confinement des animaux pendant 14 jours et PCR négative réalisée 14 jours après le traitement insecticide ; cette disposition s’applique également aux veaux, non vaccinés car trop jeunes, qui accompagnent leur mère ;

OU

  • animaux valablement vaccinés par un vétérinaire :
    • pour les bovins : départ possible 10 jours après la fin du protocole vaccinal avec le vaccin MERIAL (soit 31 jours après la 1ère injection) et 31 jaours après la 2ème injection du vaccin CZV ;
    • pour les ovins : départ possible 33 jours après l'injection unique du vaccin CALIER, 20 jours après la 2ème injection pour le vaccin CZV et 21 jours après la 2e injection pour le vaccin MERIAL ;

OU

  • en période saisonnièrement indemne : animaux détenus en zone saisonnièrement indemne de vecteur pendant au moins 14 jours ET ayant subi un dépistage PCR, au moins 14 jours après le début de cette période, dont le résultat s’est avéré négatif au plus tôt 7 jours avant la date du mouvement ;

OU

  • en période saisonnièrement indemne : animaux détenus en zone saisonnièrement indemne de vecteur pendant au moins 28 jours, ET, ils ont subi un test sérologique dirigé contre tous les sérotypes de la FCO, au moins 28 jours après le début de cette période, dont le résultat s’est avéré négatif au plus tôt 7 jours avant la date du mouvement ; ;

Les départements situés en zone saisonnièrement indemne sont représentés sur la carte du zonage national.

L'activité vectorielle ayant repris dans le département de la Vienne depuis fin mars, le département n'est pas éligible au statut de zone saisonnièrement indemne.

Flux commerciaux intra-communautaires et vers des pays tiers

Les animaux non vaccinés ne peuvent se déplacer à destination d’autres États Membres de l’Union Européenne, sauf pour abattage immédiat.

Des négociations sont en cours avec les principaux États Membres de destination pour faire valoir des protocoles alternatifs (basés soit sur la désinsectisation et le dépistage, soit sur un délai réduit post-vaccination).

Conditions de mouvements hors protocole spécifique

Hors protocole spécifique, les animaux vaccinés sont éligibles aux échanges à compter :

  • soit d’un délai de 60 jours après la fin de la primo-vaccination
  • soit un délai de 14 jours après la fin du délai d’acquisition de l’immunité telle que prescrite par le fabricant du vaccin, assorti d’une PCR négative à l’issue de ce délai de 14 jours soit, pour le vaccin MERIAL, la PCR peut être réalisée à compter du 35e jour après la fin de la primovaccination et à compter du 45e jour après la fin du protocole vaccinal.
Conditions de mouvements vers l’Espagne (protocole spécifique)

Un nouveau protocole spécifique a été signé le 1er avril 2016.

Il prévoit que l’ensemble des bovins, ovins ou caprins, de toutes tranches d'âge, peuvent être échangés vers l'Espagne sous réserve de l'ensemble des conditions suivantes :

  • les animaux ont été désinsectisés pendant au moins 14 jours avec de la deltaméthrine émulsion pour-on à 7,5 g/litre (attestation de désinsectisation à remplir) ;
  • réalisation d'une PCR avec résultat favorable 14 jours au moins après le début de la protection vectorielle mise en place et au maximum 7 jours avant le mouvement ;
  • désinsectisation des moyens de transport ;

Par ailleurs, peuvent être envoyées vers l’Espagne, les bovins, ovins, caprins :

  • de plus de 70 jours s’ils sont vaccinés depuis au moins 10 jours après la fin du protocole vaccinal et issus de troupeaux vaccinés (vaccination entièrement réalisée par un vétérinaire) ;
  • de moins de 70 jours s’ils sont nés d’une mère vaccinée et issus de troupeaux vaccinés (vaccination entièrement réalisée par un vétérinaire) SOUS RESERVE de la mise en place d’une surveillance virologique (pas le cas à ce jour)
Conditions de mouvements vers l’Italie (protocole spécifique)

Un protocole spécifique a été signé le 15 octobre 2015 avec l’Italie qui autorise les mouvements de bovins et d’ovins en provenance de zone réglementée :
soit les animaux de plus de 90 jours sont vaccinés, et sont éligibles aux échanges 10 jours après la fin du protocole de vaccination,
soit les animaux de moins de 90 jours sont issus de mères vaccinées.

Conditions de mouvements vers le Luxembourg (protocole spécifique)

Un accord bilatéral entre la France et le Luxembourg a été signé le 10/11/2015 et prévoit la possibilité d’échanges de bovins 10 jours après la fin du protocole vaccinal.

Les conséquences sur les exportations vers des pays tiers

L'exportation des animaux vivants en dehors de l’UE, peut être maintenue sous réserve du respect des exigences des pays tiers concernant la FCO.

La vaccination

Conformément aux orientations du ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt, au regard de l’impossibilité d’une vaccination obligatoire à visée sanitaire,  compte-tenu des délais de production des vaccins et de l'indisponibilité relative des doses en quantité suffisante jusqu'au mois de mai 2016, des priorités de vaccination ont été définies pour la sortie de la zone réglementée ou la vaccination volontaire pour la protection individuelle des cheptels.

Ainsi, pour la période mars-avril 2016, le principe général est la répartition des stocks de vaccins entre 6 populations identifiées :

  • Population 1 : vaccination des jeunes bovins allaitants devant quitter la ZR ; il s’agit de maintenir les principaux flux commerciaux : animaux destinés aux échanges ou  exports,  en particulier les broutards ;
  • Population 2 : vaccination volontaire de troupeau souche bovins allaitants
  • Population 3 : vaccination volontaire de troupeau souche bovins laitiers
  • Population 4 : vaccination volontaire de troupeau souche ovins
  • Population 5 : vaccination volontaire d'animaux en schéma génétique
  • Population 6 : réserve nationale de doses pour foyers et imprévus

Concernant les bovins, chaque élevage allaitant de ZR se voit attribuer, au 01/03/2016, un nombre de doses permettant la vaccination de 80 % des broutards qui auront entre 2,5 et  12 mois en Mars-Avril 2016 sans que cet usage ne soit exclusif à cette classe d’âge. Pour les autres populations de bovins, un recensement des besoins sera organisé par le GDS et les vétérinaires.

Concernant les ovins, une liste des élevages volontaires a été fournie aux vétérinaires, et un recensement complémentaire des besoins sera organisé par le GDS et les vétérinaires.

A compter du 1er mars 2016, les commandes de vaccins sont directement réalisées par les vétérinaires, qui sont garants du respect des quotas de vaccins qui leur sont attribués.

A compter du 1er mars 2016, les actes de vaccination réalisés en dehors des actes de police sanitaire seront à la charge de l’éleveur. Seul l’achat des doses vaccinales sera pris en charge par l’Etat.

Quelle que soit la population concernée, les éleveurs volontaires doivent prendre contact avec leur vétérinaire sanitaire pour organiser la vaccination de leurs animaux ou pour faire remonter leurs besoins.

Un document sous forme de « question/réponse », est en ligne sur le site du ministère chargé de l’agriculture.